Fête de la Nature

Hier, je suis passé faire un tour à la fête de la Nature organisée par la Mairie de Deuil la Barre. Je me suis bien sur arrêté à la hauteur du stand du « collectif Vivre sans BIP ». Ensuite il m’a fallu attendre un peu et me frayer un chemin, on se serait cru à un cocktail des bons vœux du département, sauf que là, les citoyens étaient plus intéressés par les incohérences du projet que par les petits fours que l’on partage entre amis de 30ans.

Nous aurions pu nous croire à une séance de dédicace d’une star de renom internationale, sauf que, dans le cas présent, c’est le public qui signait à tour de bras la pétition contre cette ineptie sociale et économique qu’est l’avenue du parisis.

Coté économique, les personnes ne comprennent pas le cheminement qui concourrait à faire de l’avenue du Parisis un outil de croissance économique. Coté social, ils sont nombreux à exprimer le besoins d’une déserte optimisée en termes de transport en commun pour bénéficier rapidement de la tangentielle. Coté environnement, ils ont aussi compris que cette avenue comportait des risques pour les populations et plus spécifiquement pour bon nombre de Deuillois.

Les gens du cru, les anciens, soulignent les aberrations de l’implantation et se moquent des soi-disant ouvrages de protection de l’eau, de la faune, de la flore et des habitants. « Ils sont jamais venus ici ces polytechniciens, ici y a des sources partout, ils vont plus avoir d’eau à Enghein, dès qu’ils vont creuser ca va être un bordel … » « Ils ont pas le pognon, alors ils essaient de maquiller cela en projet de transports en commun » « On a déjà les avions, qu’est ce qu’ils veulent de plus ? » « Regarde, cela va passer juste à coté de chez Christine , elle a plu qu’a vendre à la moitié du prix » Etc…

Il y avait hier un doux vent de révolte froide, sans compromis vis-à-vis du conseil général et je vous avoue que cela m’a réchauffé le cœur.